L’Afrique depuis l’Occident

Lundi 5 décembre 2016, salle Celan, 18h

Pour préparer les rencontres de 2017 avec Marie Darrieussecq et Sylvain Prudhomme, nous vous proposons une séance de séminaire sur l’Afrique depuis l’Europe. Quelles actualisations contemporaines du roman de voyage ? Quelles visions de la démence chez les acteurs coloniaux ? Quelles épopées africaines dans l’Europe de la Reconnaissance ? De Pétrarque à Eric Chevillard, venez explorer avec nous les visions occidentales de l’Afrique et partager le dernier verre de l’année !

L’ Africa de Pétrarque (1338), une épopée postcoloniale ?  (Alexis Ollivier)

 

Chef d’œuvre du poète et humaniste italien, l’Africa chante les faits d’arme des héros carthaginois et romains au cours de la deuxième guerre punique (219-202 av. J.C.). Quelle vision Pétrarque donne-t-il de cette Afrique que la tradition littéraire rend encore proche par delà les siècles ? L’empire romain n’est-il plus qu’un souvenir poétique à l’aube de la Renaissance ? Nous explorerons ainsi les possibles lectures de ce monument au fondement d’une certaine représentation occidentale de l’Afrique.

Voir l’exemplier.

Visions démentes. Folies, drogues, hallucinations et maladies dans la conquête coloniale (Elara Bertho)

Pour suivre les fous, nous partirons d’extraits de l’ouvrage suivant :

Johannes Fabian, Out of our minds, Reason and Madness in the Exploration of Central Africa, Berkeley, University of California Press, 2000.

Et des récits hallucinés de l’exploration coloniale :

Eric/k en Afrique : hygiène de l’écoute intercontinentale, de Madame Bâ à Oreille Rouge (Ninon Chavoz).

 

Eric en Afrique est l’un des titres envisagés par l’écrivain-voyageur d’Eric Chevillard dans Oreille Rouge. Nous aimerions reprendre ce titre sans texte pour procéder à une lecture croisée de deux œuvres contemporaines qui entendent parler d’Afrique depuis l’Occident. Nous nous réfèrerons à :

  • Erik Orsenna, L’intégrale africaine, Paris, Le Livre de Poche, 2015. Nous lirons notamment des  extraits de Madame Bâ (2002) et de Mali, ô Mali (2014).
  • Eric Chevillard, Oreille Rouge, Paris, Minuit, 2005.

Voir l’exemplier.

Pour réfléchir à l’avenir du roman de voyage et aux liens possibles entre littérature et « africanisme », nous évoquerons aussi :

Pour approfondir :

 

Carnet de séminaire