Indiscipline des monstres

Samedi 7 octobre – salle Dussane (ENS)

Hassan Musa (détail), Regarde Icare (2008)

Pour sa rentrée, Afriques Transversales vous invite à une journée d’études tératologique.
A travers les monstres, il s’agit d’explorer les représentations et les mises en scène de figures chimériques ou impossibles, d’interroger la sauvagerie et l’animalité, vecteurs de craintes et de cannibalismes, d’hybridité et de métamorphoses. Qu’est-ce au juste qu’un monstre ? Existe-t-il un « monstre africain » ? Quel rôle a joué l’horrible dans les représentations coloniales puis postcoloniales ? Quelle recette pour la chimère en Afrique et quel sens donner à ses apparitions aujourd’hui ? Comment penser l’hybridité des double-cultures, perçues comme monstrueuses dès la fin de l’Aventure ambiguë ? Quel glissement du monstre sauvage au monstre sacré des panthéons politiques ou littéraires ?

PROGRAMME

9h00 : Accueil « L’indiscipline des monstres » (Elara Bertho et Ninon Chavoz)

Chasses aux monstres

9h15-9h45 : « Un monstre humain, trop humain… Lecture de La Récompense de la cruauté de Lomami Tshibamba » (Xavier Garnier)

9h45-10h15 : « Cataloguer les monstres au Moyen-Âge, Sous couvert de didactisme, une dénonciation politique et sociale » (Maud Pérez-Simon)

Pause café

Normalité des monstres

10h45-11h15 : « Tératologiques sonyennes » (Nicolas Martin-Granel)

11h15-11h45 : « Du roman rejeté au roman du rejet : un examen de La Plaie de Malick Fall » (Alice Chaudemanche)

11h45-12h15 : « Les langues et le varan de Komodo : à monstre, monstre et demi ! » (Jean-Charles Hilaire)

 

Pause déjeuner

 

Monstres d’esprit : folies (post)coloniales

14h-14h30 : « Traitement littéraire d’un monstre métamorphique : la maladie mentale en jeu dans deux romans contemporains sénégalais » (Amandine Herzog)

14h30 -15h : « L’allégorie d’un exil intérieur » (Guy Alexandre Sounda)

15h-15h30 : Autoportrait de l’écrivain en monstre. De la gueule cassée au corps glorieux : autopsie d’une métamorphose chez Malick Fall, Williams Sassine, et V-Y. Mudimbe (Mbougar Sarr)

Pause café

Monstres et merveilles : l’horizon du prophète

16h-16h30 : « Monstres ou démons, la démesure et l’attente messianique dans Wizard of the Crow de Ngugi wa Thiong’o » (Pierre Leroux)

16h30-17h30 : « André Ondo Mba, prophète et graffitomane » avec une projection du film Les graffiti de Dieu (26’) (Julien Bonhomme)

Vous trouverez ici le programme en pdf.

 

Textes et extraits :

 

Introduction

 

 

 

 

 

 

 

v.1

Ichi endroit encomencent a savoir et a conoistre la maniere et les faitures des moustres des homes qui sont en Orient et le plus en Inde

 

 

Pour la tres plus noble matere

qui onques fu ne jamés ere,

me covient pener et retraire

chose qui tourt a examplaire,

selonc la nature des gens

qui ore sont, dont biaus et gens

i a d’aucuns en ces parties,

mais es estranges ne sont mies

itel com il sont ci aval.

Sachiés de voir : Oriental

sont tout autre que nos ne soumes

se dire vos en sai les soumes.

Sans raison n’a Diex fait en vain

nule rien, nes qu’il fist Evain

et Adam, nostre premier pere,

dont encore cascuns compere

son mesfait, que bien est seü.

Mais de ce somes decheü

que pis fasomes qu’il ne fist[1],

si con li philosophe dist

Adelins, qui fu si grans clers

que li siens sens ne fu enfers,

selon çou que je vous dirai,

dont, se jou puis, n’en mentirai,

mais qu’entendés trestout a mi.

Signour et dames, mi ami,

oiiés hautes senefïanches.

Poi devons avoir fïanches

en nos vies, car tuit morrons[2],

ja, sachiés, n’en escaperons.

C’est ici que l’on commence à savoir et à connaître ce que font et comment sont faits les monstres des hommes qui vivent en Orient, et pour la plupart en Inde.

 

 

 

Parce que ce sujet est le plus noble qui fut et sera jamais, il me faut peiner pour raconter une chose qui peut servir d’exemple d’après la nature de nos contemporains. Dans nos régions, les hommes sont souvent beaux et nobles, alors que, dans les régions étrangères, ils ne le sont jamais. Sachez-le en vérité, les Orientaux sont tout autres que nous, et c’est ce que je vais essayer de vous raconter.

 

Dieu n’a jamais rien fait sans raison ni en vain, jamais rien, même quand il fit Eve et Adam, notre premier père, dont aujourd’hui encore chacun expie le fameux péché. Et nous sommes tombés encore plus bas, nous faisons pire que lui ; le philosophe Adelin le dit bien, lui qui fut si grand lettré que son esprit n’était pas infirme. C’est ce que je vous dirai, sans mentir si je peux, écoutez-moi donc ! Seigneurs et dames, mes amis, entendez le sens profond :nous ne devons pas avoir trop confiance en nos vies, car nous mourrons tous, et, sachez-le, jamais nous n’en échapperons.

 

 

BnF fr. 15106, page 2 : les Onocentaures et les Amazones. Cliché BnF

 

Les Onocentaures

 

v.31 Voirs est c’Adelins a escrit,

si com autres tiesmoigne et dit,

qu’es parties en Orïent

a une maniere de gent

orde et vilaine, male, avile

qui ne demeurent pas a vile,

mais es desiers et es montaignes,

s’ont lor figures si estraignes

c’ome deseure le chaint sont,

et desous rains de biestes ont

de divierses pluseurs manieres,

crüeus, maises, puans et fieres,

qui d’avoutire sont venut.

Moustre en l’escrit sont tenut

et sont sifait li pluisour maint

com ci le poués veoir paint.

 

D’iteus gens a en ces paiis,

Selonc ce que il m’est avis,

Qui ne gardent foi ne mesures

Envers lor femes, les ordures
font ausi come muës biestes,
qui home sont deviers les tiestes
et par es rains chiens esragié
si se corrompent par pecié.

C’est vrai ce qu’Adelin a écrit, d’autres en ont été témoins et le racontent : dans certaines régions de l’Orient, il y a une sorte de gens, sale, vilaine, mauvaise, vile, qui ne demeure pas en ville mais dans les déserts et les montagnes. Leur corps est très étrange : hommes au dessus de la ceinture, ils ont des reins de bêtes en dessous. Ces gens, issus d’adultères, ont différentes coutumes, cruelles, mauvaises, puantes et féroces.

On les considère comme des monstres dans ce livre, et la plupart sont faits comme vous pouvez le voir peint ici.

Il y a des gens dans ces régions qui, d’après moi, ne gardent ni foi ni mesure envers leurs femmes. Ces ordures se comportent comme des bêtes sans raison, ils sont hommes du côté de la tête et chiens enragés à partir des reins et se corrompent par leurs péchés.

 

 

 

BnF fr. 15 106, page 18. Les Epifagos et les Indiens qui vivent de l’odeur d’une pomme. Cliché BnF

Les Epifagos

 

v.821 D‘uns autres moustres vos dirai,

cors d’homes ont, ice bien sai,

mais de tieste n’ont sor espaule.

Itel sont come ci vos daule :

nés, iex, bouce ont emi le pis.

Iteil gent sont con vos devis.

Ens es parties d’Orïent

N’i voi forme biele ne gent.

Epifagos les apielon

Ciaus qui sont d’itele facon.

 

En a or nul en ceste terre ?

– Oïl, n’en veil aillors nul querre.

– Quel sont cil ? – Çou sont avocas.

– Por quel maniere ? – Pour lor cas

qu’il ont escris de trechrie.

Jou di pour voir que cil n’a mie

chief de prodome qui argent

prent de prodome cui on ment.

Cil n’a mie chief de prodome

qui, por voir dire, d’argent some

prent a emplir sa puant pance.

Cil ont la bouce emi la pance

qui deniers prendent de voir dire.

Cil ont bouce et nés ou remire ?

Et les ieus es espaules portent

Cil qui le povre ome enortent

dou sien despendre sans raison.

Li chiés n’est mie de saison

qui ne doune sofissant los.

Nient plus com est Epifagos[3].

 

 

Je vous parlerai d’un autre type de monstre qui a corps d’homme, cela, j’en suis sûr, mais qui n’a pas de tête sur les épaules. Ils sont tels que je vous les ébauche ici : le nez, les yeux, la bouche, ils les ont au milieu de la poitrine. Ces gens sont bien comme je vous les décris.

Dans ces régions de l’Orient, on ne trouve aucune créature qui soit belle ou noble. On les appelle Epifagos, ceux qui sont faits ainsi.

 

– Y en-a-t-il chez nous ?

– Oui, inutile d’aller chercher ailleurs.

– Qui sont-ils ?

– Ce sont les avocats.

– Et comment ça ?

– À cause de tous les actes qu’ils ont écrits de mauvaise foi.

 

En vérité, je dis qu’il n’a pas la tête d’un honnête homme celui qui prend l’argent d’un homme honnête que l’on berne.

Il n’a pas de tête d’un honnête homme celui qui, pour dire la vérité, exige une somme d’argent pour remplir sa pance puante.

Ils ont la bouche sur la pance ceux qui exigent des deniers pour dire la vérité.

Ils ont la bouche et le nez sur la poitrine et les yeux sur les épaules ceux qui conseillent au pauvre de dépenser son bien sans raison. Il a vraiment une tête mal placée, celui qui ne donne pas un conseil juste.

Il ne vaut pas mieux qu’un Epifagos.

 

 

 

[1] q.n.fisent. Corr. Flutre.

[2] morons. Corr. Hilka.

[3] Epifalos

 

Enregistrer