Crimes, polars et arnaques

Le lundi 20 mars 2017, à 18h30

En salle Celan

Afriques Transversales propose une séance anthropologique, musicale et littéraire sur le crime, l’arnaque et le polar. L’objectif est  de prendre au sérieux le développement d’un « polar noir », qui ferait signe vers l’essor d’une littérature populaire africaine. Comment penser le polar africain, entre intertextualité et autonomisation ? D’autre part, quel rôle assigner à l’arnaque, éventuellement perçue comme revanche postcoloniale, dans les relations intercontinentales contemporaines ?

Les brouteurs en Côte d’Ivoire : de l’arnaque comme échange interculturel (Elara Bertho)

Nous commencerons par un détour anthropologique par l’une des modalités de l’arnaque intercontinentale : nous nous arrêterons sur le phénomène des « brouteurs » en Côte d’Ivoire, à la confluence de la mondialisation des flux, de la dématérialisation des relations amoureuses et des nouvelles technologies.

Voir à ce sujet:

  •  Yaya Koné, « ‪Le travail mondialisé du jour et le travaillement local la nuit‪. Révolution numérique et revanche sociale des brouteurs du quartier de Koumassi », Journal des anthropologues, 3/2015 (n° 142-143), p. 307-324
  • Voir aussi le clip de DJ Petit Piment « Pamela la Brouteuse« .

Modes d’emploi de l’assassinat littéraire : écrire le crime en Afrique (Ninon Chavoz)

Nous nous proposons ici d’interroger le polar comme genre criminel et plagiaire, mettant en exergue des rapports d’intertextualité complexe. Nous nous fonderons sur les lectures suivantes :

  • Yambo Ouologuem, Lettre à la France nègre, Paris, Le Serpent à Plumes, 2003, (1968).
  • Anthony Mangeon, Crimes d’auteur : de l’influence, du plagiat et de l’assassinat en littérature, Paris, Hermann, 2015.
  • Désiré Nyela, La filière noire : dynamiques du polar « made in Africa », Paris, Champion, 2015. Voir un compte-rendu sur Fabula.
Dédramatisation de l’abject chez Janis Otsiemi (Vicky Farschon)

Je vous proposerai d’analyser le concept d’esthétique de la dédramatisation de l’abject dans les romans policiers de l’écrivain gabonais Janis Otsiemi. Nous explorerons trois axes : le potentiel comique, la parole et les silences et l’idée d’un roman en mouvement. Nous montrerons comment le style de l’auteur illumine le côté très sombre du polar pour révéler et dénoncer dans un double enjeu politique et cathartique la corruption au Gabon.

Je m’appuierai sur les romans suivants :

  • Otsiemi, Janis, Peau de balle, Paris, Éditions du Polar, « Polar africain », 2007.
  • Otsiemi, Janis, La vie est un sale boulot, Marseille, Éditions Jigal, « Polar », 2009.
  • Otsiemi, Janis, La bouche qui mange ne parle pas, Marseille, Éditions Jigal, « Polar », 2010.
  • Otsiemi, Janis, Le chasseur de Lucioles, Marseille, Editions Jigal, « Polar », 2012.
  • Otsiemi, Janis, African Tabloid, Marseille, Editions Jigal, « Polar », 2013.
  • Otsiemi, Janis, Les voleurs de sexes, Marseille, Editions Jigal, « Polar », 2015.

Je vous en propose des résumés ici.

 

 

Carnet de séminaire