Coup de foudre à Hollywood, ou la lutte contre les clichés selon Marie Darrieussecq, par Romane Jacquin

Marie Darrieussecq, Il faut beaucoup aimer les hommes, 2013.

La page est l’espace où l’écrivain est libre de raconter, d’éduquer mais aussi de dénoncer ce qui l’ébranle autour de lui. Marie Darrieussecq, à travers Il faut beaucoup aimer les hommes (2013), raconte et dénonce à la fois ; elle raconte une romance naïve digne des studios hollywoodiens, et c’est dans ces mêmes studios qu’elle parvient à dénoncer, entre autres, la culture du racisme.

En effet, Marie Darrieussecq s’attaque aux stéréotypes ancrés dans notre société. Pour cela, elle écrit le cliché, le fait adopter par son héroïne candide, afin de l’inviter, elle et le lecteur, à une réflexion et une déconstruction de ces clichés.

L’auteure, déjà reconnu notamment pour Truisme (1996), relate ici l’idylle entre Solange, jeune française blanche, héroïne de son précédent roman Clèves (2011), et Kouhouesso, canadien noir de peau. L’Afrique est alors un accident dans la vie de la française, et elle devient au fil des pages la proie d’un cliché exotique qu’elle fantasme au point d’être déçue d’apprendre l’origine canadienne et non africaine de son amant : « il était canadien. Ce qui ne la satisfaisait pas tout à fait. Mais elle n’insistait pas. Pas tout de suite. » Le lecteur qui suit Solange oscille tour à tour entre rires et gêne ; ne sachant jamais où se situer. C’est cette frontière floue entre malaise et humour que Marie Darrieussecq exploite dangereusement avec Solange, afin de dénoncer le racisme et les inconscients du discours.

C’est avec un mélange de candeur et de réflexion que Solange gène le lecteur dans ses idées ; elle le provoque, tisse des liens avec lui, lui montre qu’il pense comme elle. Marie Darrieussecq livre les pensées intimes de Solange ; pensées qui pourraient se trouver en nous, peut-être, aujourd’hui encore. A cette gêne se mêle la légèreté de la jeune femme due par sa naïveté candide. L’amour rend aveugle, mais ne fait pas oublier la couleur noir charbon de son amant.

On ne peut pas en vouloir à Solange d’être ingénue : l’amour rend idiot, et permet aux lecteurs de prendre du recul face à certaines réflexions choquantes en temps normal de la jeune femme. Il faut considérer que Solange est candide, amoureuse, et qu’il y a une certaine innocence dans ses propos qui, d’une part fait rire, puis d’autre part invite à la réflexion : pourquoi le racisme est-il autant ancré dans la société ?

Il faut beaucoup aimer les hommes dévoile alors une histoire d’amour interrompue par le politique, par la culture du racisme. Et ce n’est que dans le rire que Kouhouesso et Solange vont se retrouver et, à deux, déconstruire les clichés, comme on peut le voir lorsque la jeune femme nous retranscrit une scène de joie et de partage entre les deux amants où le racisme apparaît, ingénu : « Nu sous les poutrapes, il chantait en se trémoussant, une imaginaire ceinture de bananes autour des reins : « [j]’ai deux amours toutiyou tiyou, [m]on pays et Paris (…) ». Ainsi, ce même rire qui permettait au lecteur de prendre du recul, et de réfléchir aux propos de Solange, et à ses propres questionnements, permet ici aux deux protagonistes de détruire les lieux communs.

Ainsi, Marie Darrieussecq utilise la gêne et le rire pour dénoncer et déconstruire le cliché. Mais Il faut beaucoup aimer les hommes ne s’arrête pas là. En effet, l’amour est omniprésent dans cette œuvre, et plus particulièrement, la maladie de l’amour et tout ce qu’elle amène. Solange, amoureuse de Kouhouesso, vit l’attente due à l’amour comme une véritable « maladie chronique » exclusivement féminine qui la suit tous le long du livre ; Rose lui confiera même qu’« attendre est une maladie. Une maladie mentale. Souvent féminine ». L’auteure caricature alors la femme amoureuse, et s’en moque en la comparant à un patient, dans le but ici aussi de déconstruire les clichés, autres que raciaux : « à quoi ça ressemble, un homme qui attend ? »

Par ailleurs, l’univers cinématographique est omniprésent dans cet ouvrage. Que ce soit avec l’écrivaine qui rédige son livre sous forme de scénario, en commençant par le « Générique » pour finir sur « The end », ou avec l’univers dans lequel évolue l’histoire, à savoir la réalisation d’un film aux cotés des plus grands tels que George Clooney et Matt Damon, mais aussi avec Solange qui se fait ses propres films. En effet, cette dernière se dessine son propre monde ; elle le réalise avec ses propres moyens où « tout est dans sa tête à elle ».

Cet univers cinématographique dans une œuvre littéraire attise la curiosité du lecteur, qui essaie de démêler le vrai du faux, le réel de l’imaginaire. Cette mise en abyme de l’auteure qui écrit un scénario dans lequel un film est réalisé avec une actrice qui se fait ses propres films dans sa tête est un procédé qui rend l’ouvrage d’autant plus intéressant et considérable.

Avec Il faut beaucoup aimer les hommes, Marie Darrieussecq prouve encore une fois son talent, et utilise ici la littérature comme arme pour déconstruire les clichés. C’est Solange qui se fait alors porte-parole de l’écrivaine, tout en ayant une certaine légèreté candide en elle qui tourne au ridicule ses propos, mais permet ainsi à détruire les stéréotypes qui nous touchent tous. On se demande alors si Il faut beaucoup aimer les hommes est inspiré de la propre vie de Marie Darrieussecq pour que l’auteure arrive à trouver les questions avec justesse, telle que nous nous les posons tous à un moment de notre vie. Elle nous confiera alors en riant : « j’ai aimé beaucoup d’hommes dans ma vie ».

Romane Jacquin

Carnet de séminaire