Concert et rencontre avec Ba Banga Nyeck

Lundi 19 septembre à 18h, en salle Celan : entrée libre dans la limite des places disponibles.

Balafon music from northern Cote d'Ivoire, from Ba Banga Nyeck. Paul Junior Nyeck leader of the band a balafon chromatique pioneer performing at the MASA festival. The musicians were accompanied by modern dancer Bacome Niamba.

Inventeur du balafon chromatique, Ba Banga Nyeck est engagé dans la promotion et la valorisation du patrimoine  africain. Il s’attache à faire dialoguer les différentes traditions musicales du continent par la création d’un instrument qui totalise toutes ces voix de manière synthétique.

La rencontre sera suivie d’un concert de balafon chromatique.

Pour préparer la rencontre:

  • Sur le lien entre balafon et parole, voir Hugo Zemp et Sikaman Soro, « Paroles de balafon », L’Homme 3/2004 (n° 171-172) , p. 313-333.
  • Sur les musiques africaines et l’ethnomusicologie : voir Charles Duvelle, « MUSICALES (TRADITIONS) – Musique d’Afrique noire », Encyclopædia Universalis.

La comparaison entre le piano par exemple et le xylophone africain connu sous le nom de balafon est assez significative à cet égard. Le piano donne des sons clairs et précis tandis que le balafon donne des sons brouillés. On pourrait croire que le côté brouillé des sons du balafon provient de la rusticité de l’instrument : il n’en n’est rien. En effet, si l’on joue sur un simple jeu de lames de bois posées sur deux traverses, on obtient des sons clairs qui charment l’oreille occidentale. Un tel instrument existe bien chez les Sara du Tchad, mais il est réservé aux enfants ou aux élèves futurs joueurs de balafon. L’instrument sérieux – celui dont on joue en public – comporte, au-dessous des lames posées sur un châssis, un jeu de résonateurs en calebasse : chaque calebasse est soigneusement choisie de manière à s’accorder à la lame qui lui correspond (le volume de la calebasse est proportionnel à la longueur de la lame correspondante). Sur chaque calebasse, une fine membrane est collée pour obturer un trou préalablement pratiqué sur la paroi. Lorsqu’on frappe alors une lame, on obtient le son habilement et artificiellement brouillé qui résulte de la résonance de la lame additionnée à celle du volume d’air contenu dans le résonateur en calebasse et enfin à celle de la membrane qui vibre à la manière d’un mirliton. Cette recherche manifeste du son brouillé, qu’on retrouve d’ailleurs à propos de nombreux instruments musicaux africains autres que le xylophone, marque bien cette volonté de ne pas opposer l’instrument musical à l’homme (à la voix humaine notamment), quitte à donner l’impression qu’il s’agit d’une voix masquée, déformée, mais d’une voix quand même.

  • Pour un retour sur les films d’Hugo Zemp, Les maîtres du balafon (2001, 2002) : voir Vincent Zanetti, in Cahiers de musiques traditionnelles, Vol. 15, 2002, p. 231-235.
  • Un reportage consacré à l’invention et à la pratique du balafon chromatique.

L’Afrique est vraiment un creuset de types de balafons différents. Dans toute l’Afrique subsaharienne, on trouve des balafons – que ce soit en Afrique de l’Ouest, en Afrique centrale, en Afrique de l’Est, en Afrique australe – on trouve des balafons partout. On a donc des centaines de types de balafons différents, mais cette richesse, cette grande diversité, cachent des problèmes de communication. Deux balafons traditionnels ethniques – qui sont chacun accordés selon les modes ethniques de leurs origines – ne peuvent pas jouer ensemble un même morceau. Mis ensemble, ils ne peuvent pas jouer ensemble un morceau de façon juste – parce qu’ils sont accordés différemment les uns des autres. (…) Le balafon chromatique apparaît comme la synthèse des balafons traditionnels africains, dans la mesure où, à quelques intonations près, on peut répertorier les modes des autres – de sorte qu’en un seul on peut avoir tout le reste.

  • La page Facebook du groupe Ba Banga Nyeck – pour de nombreuses vidéos.
  • Sur le rôle de l’ONG Ba Banga Nyeck en Côte d’Ivoire : voir le site de l’Unesco.
  • Pour écouter le morceau « Métissage« .

Carnet de séminaire