Au coeur d’une lutte pour la liberté, par Louison Blès

 

Au cœur d’une lutte pour la liberté

Rencontre avec Hemley Boum

Alors que son dernier roman Les Maquisards, a reçu de nombreux prix, notamment le Grand prix d’Afrique noire en 2016, Hemley Boum nous a reçus ce lundi 30 janvier à l’Ecole Normale Supérieure de Paris pour une rencontre des plus passionnantes.

Après la Seconde Guerre Mondiale, le Cameroun est un territoire placé sous la tutelle des Nations Unies entre la France et la Grande Bretagne qui sont chargées de contrôler les Camerounais réduits au statut de peuple colonisé. Les Maquisards s’inscrivent dans ce contexte d’instabilité et ainsi débute une épopée grandiose consacrée à la décolonisation du Cameroun et plus particulièrement au combat d’hommes et de femmes qui ont contribué à l’octroi de cette indépendance. Nous entrons ainsi dans l’histoire coloniale trop souvent oubliée et brisons le tabou des guerres d’indépendance en Afrique tel que le nourrissent les sociétés post-coloniales.

La rencontre débute avec une grande simplicité par l’évocation d’un passage du livre particulièrement marquant. Ce passage fort, dans lequel la fable de la Fontaine « Le chêne et le roseau » est racontée à un enfant par un autre enfant : Amos qui l’a apprise à l’école. Cette fable interroge Esta, une fillette, plus jeune qu’Amos, et qui n’a donc pas encore accès l’école. Elle ne comprend d’abord pas la signification de « chêne » n’en ayant jamais vu, Amos lui explique alors qu’il s’agit d’une sorte de baobab. Ce qui peut faire sourire à première vue reflète, comme nous l’explique Hemley Boum, la réalité coloniale, réalité dans laquelle les colonies se voient imposer le même programme que les pays qui les ont colonisés. En effet, la France apprend à ses élèves Français et Camerounais «Le chêne et le Roseau» quand leur environnement ne permet pas à Esta et Amos de comprendre pleinement la métaphore.

L’entretien continue autour de ce passage et surtout autour du refus d’Esta de croire que le roseau peut vaincre le baobab. Hemley Boum nous explique qu’à travers cette image du baobab comme résistant face au vent et du roseau pliant au gré des rafales, une métaphore de la résistance est mise en place puisque le baobab représenterait les résistants qui ne cèdent sous aucune pression et le roseau, un collaborateur qui s’adapterait aux situations pour rester en vie. Hemley Boum nous explique qu’elle donne dans cet extrait un avant-goût de la suite du roman puisque Amos, qui défendait la thèse selon laquelle le roseau grâce à sa capacité à plier selon les circonstances sortait vainqueur, appliquera justement cette idée de flexibilité en étant tour à tour résistant et collaborateur. Et Esta ne cédera pas tout au long du livre face au vent représenté par l’armée Française quitte à se briser à la fin du livre….

Esta étant l’un des personnages les plus forts de cette œuvre, la question du féminisme surgit bien évidemment dans les bouches des auditeurs et avec elle l’évocation des deux œuvres précédentes de Hemley Boum : Si d’aimer et Le clan des Femmes qui évoquent le quotidien difficile de femmes camerounaises au sein d’une société patriarcale.

Dans Les maquisards, Hemley Boum nous explique que les femmes ont trop souvent été mises de coté dans les luttes d’indépendance alors qu’elles ont eu un rôle aussi important que celui des hommes. Le combat et l’engagement d’Esta représentent l’engagement féminin, de nombreux autres personnages féminins dépeignent d’ailleurs également ce combat tout au long du roman. Cette réalité est également illustrée par une organisation de femmes : le kòô. Cette organisation animée par la danse et longtemps considérée comme une organisation de sorcières nous explique Hemley Boum occupe une place importante puisqu’elle agit à son niveau dans certains domaines d’action et avec autant d’efficacité que les organisations masculines. Le mot kòô désigne l’escargot en langue bassa mais désigne également le clitoris nous explique-t-elle, ce qui bien évidement met en avant l’importance de la féminité au sein de ces guerres d’indépendance et plus largement dans l’engagement au Cameroun.

Le féminisme au Cameroun atteint même un tout autre niveau puisque Hemley Boum nous dit que la femme est élevée par des femmes qui se savent supérieures à l’homme, « aucun homme n’arrive à la cheville d’une femme » nous affirme Hemley Boum avec un sourire en coin « j’ai été élevée dans cette certitude » ajoute-t-elle.

Il est alors naturel que le concept de «femme forte» interroge : quand on demande à Hemley Boum si elle se considère comme telle et ce qu’elle pense de ce terme qu’elle répond tout naturellement

« Pourquoi se sentir obligé de rajouter forte ? Pourquoi ne pas parler de femme tout simplement ? »

Quant aux personnages masculins de cette épopée, l’un des personnages central de la guerre d’indépendance n’est autre que Ruben Um Nyubè ou Mpodol (le « porte parole » en langue bassa) qui a mené en grande partie la guerre d’indépendance, mais ne fait que de courtes apparitions dans le roman. Ce sont tout de même de forts passages, lourds de sens puisque son rôle au cours de cette guerre est fondamental. Hemley Boum nous a répété tout au long de l’entretien que son roman n’était en rien un livre d’histoire mais simplement une fiction inspirée de faits réels ce qui explique le fait que le roman se centre plus sur des personnages « secondaire » et non sur ce héros de guerre assassiné par l’armée française. L’interrogation quant à la véracité des discours de Rubens Um Nyuebè était donc légitime. Ce à quoi Hemley Boum nous répond que tous ses discours ont plus ou moins été retranscrits de manière réaliste et sont plus qu’inspirés par la réalité puisque des témoignages de résistants ont nourri le personnage de Ruben Um Nyobè.

C’est d’ailleurs en parlant de réalisme et de réalité que Hemley Boum insiste sur son désir de ne pas édulcorer la vérité et de ne pas intervenir personnellement dans ce combat, pour elle, il s’agit retranscrire par écrit les ressentis et les témoignages des Camerounais qu’elle a interrogés. Elle cite d’ailleurs le personnage de Pierre Le Gall qu’elle dépeint comme une figure type de l’« autorité coloniale ». Il frappe, viole, méprise : ce personnage effrayant est malheureusement inspiré de la réalité telle que les Camerounais l’ont connue pendant la colonisation.

Cependant, ces témoignages qui ont nourri l’inspiration et les personnage d’Hemley Boum n’ont pas été faciles à recueillir. Hemley Boum nous explique le refus des Camerounais d’en parler et surtout le tabou autour de cette guerre d’indépendance. Les Camerounais se sont tus pendant plus de soixante ans et encore aujourd’hui le sujet reste délicat. Ainsi, Hemley Boum nous dit avec émotion que les Camerounais venus témoigner pour son œuvre ne se sont présentés qu’après un certain moment. Certains n’ont parlé qu’après cette « libération » permise par la sincérité de son livre et la volonté de dépeindre l’histoire telle qu’elle a été, de manière non édulcorée, avec une certaine distance, née dans les années qui séparent l’auteur de cette lutte qui a néanmoins marqué son entourage et toute sa vie en tant que Camerounaise.

Ainsi, Les maquisards, Si d’aimer et Le clan des Femmes sont des livres extrêmement touchants puisqu’ils retracent une histoire, un passé mais également une identité, l’identité d’un pays malmené pendant de trop nombreuses années. La manière dont Hemley Boum retrace l’histoire de son pays avec une certaine distance nous touche au plus profond de nous puisque le Cameroun et plus particulièrement son histoire restent trop souvent inconnus.

Louison Bles

Carnet de séminaire