Un voyage gratuit pour l’Afrique, ça vous tente ? par Léopoldine Devaux

Roman et réalité

« Ce livre est né d’un manque. Les traditions, comme vous le savez, sont dans l’oralité ». Ce sont les paroles d’Hemley Boum, auteure du roman Le Clan des Femmes lors d’une interview. En tant que jeune Occidentale, je suis peu familière de la culture africaine. J’aurais donc tendance à dire que c’est un pari réussi pour Hemley Boum. Pari réussi pour deux raisons. Premièrement car ce livre m’a plongée tout droit dans un village africain avec toute sa culture, ce qui m’a permis de m’évader le temps de 130 pages. Deuxièmement car Hemley Boum a fait des études de sciences sociales option anthropologie. Il lui tenait donc à cœur de « respecter la vérité anthropologique de cette époque », ce qui donne de la crédibilité au roman.

Le pitch

C’est dans une Afrique de la fin du XXe siècle que l’on rencontre Sarah, une fillette qui grandit et évolue comme elle peut dans une société dont elle s’approprie les règles. Elle est maintenant grand-mère et raconte à sa petite fille l’histoire de sa vie. A travers une écriture sensible et sincère, l’on apprend à connaître cette petite fille mariée à neuf ans au vieux du village. Elle tombe enceinte bien trop jeune et doit assumer son rôle d’épouse dans un foyer polygame. On suit le cours de sa vie au fil des pages. Elle se transforme, évolue, se pose des questions, rencontre les difficultés de la vie de femme dans cette société, elle avance tout simplement.

Un peu de caricature

Cependant, malgré une réception très enthousiaste de la part des lecteurs, certains éléments assombrissent pour ma part ce « sans faute » de l’auteure. De fait, si elle nous fait voyager, Hemley Boum a tendance à caricaturer l’Afrique. En effet, il ne faut pas être un expert en la matière pour savoir que l’Afrique, ce ne sont pas que des cases, du manioc, des épices, des baobabs et des graines de courge. Après réflexion, j’avais l’impression d’être plongée dans le dessin animé Kirikou avec des couleurs partout. Or, ce décor est quand même très arrangé par rapport à la réalité.

La place des femmes

L’écrivaine donne la parole aux femmes, c’est un gros point fort du livre. Les autres œuvres de la littérature africaine qui s’intéressant principalement aux hommes. Mais le plus fort c’est qu’en tant que femme, qui vit dans un contexte et dans une époque différente, j’ai réussi à m’identifier à cette femme, dans sa façon de penser, d’appréhender les évènements. Cette universalité est loin d’être déplaisante.

En revanche, j’ai trouvé une certaine limite à cette parole donnée aux femmes. Car trois chapitres entiers sont consacrés au désir de maternité de Sarah. Ce désir était trop présent réduisant un peu la femme à son rôle exclusif de mère.

L’amour toujours l’amour

Avec un peu de recul, on voit de grands thèmes, abordés dans le roman, se dessiner. Prenons le cas de l’amour. Vous ne pourrez me contredire si je dis que l’amour est un thème qui a déjà été traité des milliers de fois dans la littérature. Mais on ne s’en lasse pas parce que l’amour, c’est beau, l’amour fait rêver. Sauf que là, on a une vision de l’amour bien trop mièvre à mon goût, très simpliste. On dirait presque une histoire d’amour digne des plus grands romans de Marc Lévy. Bon, j’extrapole probablement un peu mais c’est du vu et revu et pour ma part cela ne me satisfait plus, même si c’est dans un contexte atypique.

La transversalité

En revanche, ce qui m’a plus fait vibrer c’est l’échange constant entre la grand-mère et la petite fille. Grand coup de maître de Hemley Boum car elle a géré ce dialogue avec brio. Et justement, elle a réussi à trouver un bon compromis entre récit et dialogue, ce qui rend le roman vraiment agréable à lire. Au delà de ça, on peut tirer nous même de nombreuses morales des histoires de la grand-mère.

Un style très accessible

En parlant du style, celui d’Hemley Boum est très simple. Cela pourrait être considéré comme un défaut mais finalement non, pour plusieurs raisons. Premièrement, car cela nous permet de dévorer ce livre. Deuxièmement, car on n’a pas besoin d’écrire avec des grandes phrases et de grandes figures de style pour dire et écrire de belles choses. Troisièmement, car cela permet de percevoir la grande sensibilité de l’auteure. Et enfin, cela donne une grande accessibilité au livre. Tout le monde peut le lire et surtout l’aimer.

Alors malgré quelques faux pas, je conseille tout à fait ce livre : aucune prise de tête, un voyage gratuit dans la savane, un moment agréable,  que demande le peuple ?

Léopoldine Devaux

Carnet de séminaire