Traditions et modernités

Le mercredi 16/03 de 18h00 à 20h00, en salle Celan.

Inventer les traditions (Elara Bertho)

Eric Hobsbwam, Terence Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983 (2010),  introduction en version pdf (p. 1-14), également disponible en ligne ici : http://faculty.washington.edu/ellingsn/Hobsbawm_Inventing_Traditiions.pdf

Chapitre de Terence Ranger, dans le même ouvrage, « The Invention of Tradition in Colonial Africa » (p. 211-262), en version pdf : partie 1 et partie 2

L’ensemble de l’ouvrage est disponible en version pdf à l’adresse suivante : http://psi424.cankaya.edu.tr/uploads/files/Hobsbawm_and_Ranger_eds_The_Invention_of_Tradition.pdf

Repenser la modernité (Florence Wenzek)

James Ferguson, Expectations of Modernity, Myths and Meanings of Urban Life on the Zambian Copperbelt, Berkeley, University of California Press, 1999.

Je vous propose de lire le troisième chapitre, en pdf ici.

Il est relativement long, donc voici quelques suggestions pour ceux qui n’auraient pas le temps :

  • lisez au minimum les quatre pages d’introduction
  • vous pouvez laisser de côté la dernière sous-partie (pp. 110 à 122)
  • vous pouvez éventuellement passer rapidement sur les pages 93 à 105, qui présentent une (très belle) réflexion sur les théories pour penser la différence culturelle, et vous rendre directement à la page 105, 3ème paragraphe, pour lire les cinq dernière pages de cette sous-partie et voir la façon dont J. Ferguson applique cette compréhension de la différence culturelle à son cas d’étude.

Par ailleurs, voici un bref résumé des deux premiers chapitres pour vous permettre de comprendre d’une part, le contexte de l’étude, et d’autre part, la démarche de James Ferguson.

L’exploitation des mines de la Copperbelt commence en 1922, dans ce qui est alors la Rhodésie du Nord. A partir de la fin de la deuxième guerre mondiale, et après l’indépendance du pays en 1964 (il devient alors la Zambie), cette exploitation connaît une croissance exponentielle. Le rythme très rapide d’industrialisation et d’urbanisation que cela génère fait de la Zambie un des pays perçus comme les plus « prometteurs » d’Afrique, en pleine période du mythe modernisateur. Mais dans les années 1980, la chute des cours des matières premières suscite une crise extrêmement brutale, entraînant un déclin rapide et radical aussi bien des ressources du pays que du niveau de vie des habitants. Ce retournement inattendu remet en cause le mythe d’un processus irréversible de modernisation, et amène les sciences sociales à théoriser différemment les évolutions jusque là pensées comme les effets de la « modernisation ».

Après avoir retracé les grandes lignes de cette évolution et de l’historiographie de la modernisation, James Ferguson entame sa remise en question de ces récits modernisateurs par une étude ethnographique des pratiques migratoires entre ville et campagne. Celles-ci étaient jusque là pensées de manière évolutionniste, avec une première phase faite de circulations migratoires, les travailleurs ne s’installant pas durablement en ville, puis une deuxième phase qui serait caractérisée par une urbanisation permanente. A rebours de ces représentations qui soutenaient si bien une vision modernisatrice, James Ferguson montre que dès les années 1920 et 1930, un certain nombre d’ouvriers, mais aussi de femmes, s’installaient durablement en ville, et qu’à l’inverse, dans les années 1950 et 1960, les urbains gardaient des liens importants avec leurs villages d’origine. Il remet donc en cause l’idée de phases distinctes dans le processus d’urbanisation, marqué par de fortes continuités. Surtout, il refuse de penser des modèles « typiques » de migration, car il n’y aurait aucun modèle dominant mais toujours toute une série de possibilités investies différemment par les individus.

Il s’intéresse dans la suite de son ouvrage aux pratiques migratoires et aux pratiques culturelles qui leur sont associées dans les années 1980.

Sape, trappe et tradition : chantiers et chiffonniers de l’œuvre d’art. (Ninon Chavoz)

Il sera question d’artistes contemporains dont vous pouvez retrouver les œuvres sur le site d’André Magnin ou de l’October Gallery (Londres).

Pour parler de la S.A.P.E., voir entre autres le livre de photos d’Héctor Mediavilla, Intervalles, Paris, 2013  (quelques images disponibles en ligne). Il contient  un texte d’Alain Mabanckou consacré à la sape : « L’art de se vêtir chez les sapeurs congolais : indépendance du corps ou aliénation culturelle ? » (extrait, p. 25).

Exemplier consacré à :  Alain Mabanckou, auteur sapeur ?

Pour compléter :
  • Magiciens de la Terre, exposition au Centre Pompidou, 1989.
  • L’article Tradition du Dictionnaire de la Négritude de Mongo Béti et Odile Tobner, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 221 et 222.
  • Rencontres internationales de Bouaké « Tradition et modernisme en Afrique Noire », Paris, Editions du Seuil, 1965, notamment le chapitre intitulé « Les traditions africaines, gages de progrès », par Amadou Hampaté Bâ, p. 31-48. Voir la première page.
  • Pour un historique de la S.A.P.E, voir aussi : Ayimpam Sylvie, Tsambu Léon, « ‪De la fripe à la Sape‪. Migrations congolaises et modes vestimentaires», Hommes & Migrations 2/2015 (n° 1310) , p. 117-125.

 

Carnet de séminaire