Subjectivations et impérialismes : de l’empire au global ?

Le mercredi 20/04 de 18h00 à 20h00, en salle Celan.

 

Mambu et Doguicimi, c’est moi – ou comment et pourquoi lire la littérature « coloniale » aujourd’hui. (Ninon Chavoz)

Nous nous proposons pour cette séance d’étudier deux romans « coloniaux » : Doguicimi de Paul Hazoumé (1938) et Mambu et son amour de Louis Charbonneau (1925). Le travail se fondera sur la lecture et l’analyse de certains passages, répertoriés dans l’exemplier.

On pourra également se reporter aux liens suivants :

  • Pour une bibliographie de Paul Hazoumé.
  • Pour une recension de Doguicimi, parue en 1938 dans le Journal de la Société des Africanistes.
  • Pour une analyse contemporaine de Doguicimi : dans la première partie de sa troisième leçon, Alain Mabanckou évoque les premiers romans africains.
  • Pour feuilleter l’ouvrage de Janos Riesz, De la littérature coloniale à la littérature africaine. Le chapitre consacré à Mambu et son amour se situe dans la deuxième partie (Chapitre 7 : L’ethnologie coloniale ou le refus de l’assimilation). Le chapitre consacré à Doguicimi se trouve dans la troisième partie (Chapitre 12 : De l’ethnographie à la naissance du roman africain).
  • Pour lire les premières pages de Mambu et son amour, sur le site de l’éditeur (section Aperçu).

L’impérialisme après les colonies (Florence Wenzek)

Nous réfléchirons autour de quelques essais qui interrogent « la postcolonie » et « le postcolonial » en termes d’impérialisme.

Vous êtes invités à lire :

Joseph Tonda, L’impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements. Paris, Karthala, 2015, pp. 9-19.

Nous parlerons aussi de :

Achille Mbembe, De la postcolonie, essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine. Paris, Karthala, 2010.

Pour des repères sur les évolutions politiques africaines post-indépendances :

Paul Nugent, Africa since independence : a comparative history. Houndmills, Palgrave Macmillan, 2012.

Crawford Young, The postcolonial state in Africa : fifty years of independence, 1960-2010. Madison, The University of Wisconsin Press, 2012.

Les postcolonial studies : quelques lectures, en France et ailleurs (Elara Bertho)

La réception des postcolonial studies a été particulièrement longue, et houleuse, en France, mais ce sont désormais des lectures tout à fait reconnues, et qui ont suscité des commentaires souvent féconds. Nous reviendrons sur l’histoire de cette réception, en partant de quelques textes fondateurs. Nous traiterons de ces deux manuels :

Peter Childs, Patrick Williams, An introduction to Postcolonial Theory, Longman, Edimburgh, 2006.

Neil Lazarus (dir.), Penser le postcolonial, Une introduction critique, Paris, Editions Amsterdam, 2006.

Avec une préférence pour :

Collectif Write Back, Postcolonial studies : mode d’emploi, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2013. Voir le chapitre inspirant de Guillaume Bridet « Les trois Said », p. 115-133.

Et un rapide résumé de :

Gayatri Chakravorty Spivak, « Nationalisme et imagination », in Nationalisme et imagination, Paris, Payot, 2011. p. 22-32, partie 1 et partie 2. Pour les ressources en ligne, signalons son célèbre article « Can the Subaltern Speak ? » désormais accessible en version pdf.

Prolongements : la critique intersectionnelle :

Kimberle Crenshaw, « Mapping the Margins : Intersectionality, Identity Politics, and Violence against Women of Color », Stanford Law Review 43 (1991/6), p. 1241‑1299. En ligne ici. 

Carnet de séminaire