Safari et zoologie

Lundi 17 octobre, à 18h, en salle Celan.

Moke, L'Orchestre dans la forêt, 1999. CAAC – The Pigozzi Collection.
Moke, L’Orchestre dans la forêt, 1999. CAAC – The Pigozzi Collection.

 

« L’Afrique ne s’éveillera à son destin que lorsqu’elle aura cessé d’être le jardin zoologique du monde. » Que penser aujourd’hui de la prophétie de Romain Gary dans Les racines du ciel ? L’Afrique, au XXIe siècle, demeure encore associée à un imaginaire animal bercé d’exotisme. Dans Autour du monde de Laurent Mauvigné, elle apparaît à travers le récit d’un safari mené par des touristes occidentaux. L’Afrique doit-elle rester celle du Roi-Lion ? Le braconnage du lion Cecil, tué par un chasseur américain et baptisé en hommage à un colon anglais, a suscité à l’été 2015 les réactions médiatiques, juridiques et politiques les plus vives. Alain Mabanckou, professeur invité au Collège de France l’an dernier, a accédé à la célébrité avec Mémoires de Porc-Epic, couronné par le prix Renaudot en 2006. La fondation Cartier présente en ce moment, dans le cadre de l’exposition Le Grand Orchestre des Animaux, plusieurs artistes du continent africain – de l’art royal du Béninois Cyprien Tokoudagba aux oiseaux sapeurs de Pierre Bodo. Qu’en est-il donc aujourd’hui de l’Afrique jardin zoologique fantasmé, braconné ou relooké ?

Pour préparer la séance, nous vous invitons à partir en safari avec la Fondation Cartier du 2 juillet 2016 au 8 janvier 2017.

Pour s’initier à la zoopoétique et accéder à un carnet de veille sur l’animalité dans l’espace public et littéraire, pensez à consulter Animots.

Feux de brousse : poétique de la fuite dans l’espace francophone africain.

En suivant le motif du feu de brousse, nous proposons de parcourir les textes suivants :

  • Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Présence Africaine, 1947, extrait (p. 33).
  • Léopold Sédar Senghor, Hosties Noires, Paris, Seuil, 1948 : « Chant de Printemps« .
  • René Maran, Bêtes de la brousse, Paris, Albin Michel, 1941, notamment « Boum le chien et Dog le buffle ». Pour lire un extrait.
  • Ahmadou Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, Paris, Seuil, 1998. Voir un extrait.
  • Tchicaya U Tam’si, Feu de brousse (1957), in J’étais nu pour le premier baiser de ma mère, Oeuvres complètes I, Paris, Gallimard, 2013. Lire le poème « Feu de brousse« .
    Pour approfondir :
  • Le texte de Jean-Christophe Bailly sur la fuite du chevreuil dans Le Versant animal, Paris, Bayard, 2007, p. 12.
  • Sur l’animal et la littérature coloniale, voir Anthony Mangeon, « Des hommes et des bêtes sauvages : humanité / animalité chez les écrivains coloniaux », p. 53-59 dans Notre Librairie,  revue des Littératures du Sud, n°163, « Indispensables Animaux », Paris, Culturesfrance Éditions, Septembre-décembre 2006,.
  • Sur les scènes de chasse et de carnage, voir Anne Simon, « De la chasse au carnage dans la Légende de Saint Julien l’Hospitalier« , in L’Esprit créateur, vol. 51, n°4, décembre 2011, p. 32-43.
  • Sur la poétique de la honte et le devenir-animal, voir Nicolas Martin-Granel, « Discours de la honte« , Cahier d’études africaines,vol. 35, numéro 140, 1995, p. 739-796.
  • Sur la poésie de Tchicaya U Tam’si, voir Pierre Leroux, « Regards sur l’oeuvre de Dambuzo Marechera et Tchicaya U Tam’si« , Etudes Littéraires Africaines, n°24, 2007, p. 48-52.

 

Tableaux de chasse coloniaux

expomagazine
Expomagazine : Pagne Les animaux, interprétation d’après les motifs d’un tissu d’ameublement des années 1920, Jean-Damien Fleury, 2005.

Nous nous intéresserons au safari et à la chasse dans les récits de l’époque coloniale. A la poursuite des éléphants, nous explorerons :

  • l’éléphanteau capturé par le Colonel Baratier, dans Epopées africaines, Paris, Arthème Fayard, 1912 : le récit des pages 26-27.
  • les mises en scène de l’explorateur et de la mission coloniale dans les photographies de la mission Marchand, reproduites dans le catalogue Des voyageurs à l’épreuve du terrain, Etudes, enquêtes, explorations (1800-1060), Archives Nationales, 2016, p. 98-101 : le trophée du crocodile vaincu et sur la tête de l’éléphant..
  • les animaux sauvages et la « paix coloniale », vue par Pierre Portelette, peintre colonial, dans ce tableau de l’Afrique Occidentale française issu d’une série pour les écoliers, reproduit dans L’Afrique coloniale, réalités et imaginaires, Textes et documents pour la classe (TDC), octobre 2015, p. 7.

Voir aussi :

Exhibitions, L’invention du sauvage, sous la direction de Pascal Blanchard, Gilles Boëtsch, Nanaette Jacomijn Snoep, Actes Sud/Musée du Quai Branly, 2012.

 

Tourisme animalier, safaris et trophy hunting : éléments de débat.

 

  • Dale M. Lewis et Peter Alpert, Conservation Biology, Vol. 11, no. 1, février 1997, pp. 59-68.
  • Michael N. Humavindu et Jonathan I. Barnes, Trophy hunting in the Namibian economy : an assessment. Voir le PDF en ligne.
  • Maxime Michaud, « Chasser en gentleman : évolutions de l’éthique de la chasse sportive », Journal des anthropologues [En ligne], 120-121 | 2010, mis en ligne le 01 août 2014.
  • Voir Peter Kubelka, Unsere Afrikareise, [Notre voyage en Afrique], 1966, (12 minutes).

Selon Jean-Paul Colleyn et Frédéric Devillez (« Le tourisme et les images exotiques », Cahiers d’études africaines 1/2009 (n° 193-194) , p. 583-594), Peter Kubelka file « la métaphore du cannibalisme et de la dévoration comme rapport entre touristes et autochtones, en jouant du montage et des champs-contre-champs explicites et absurdes et en montrant un touriste avide de sensations et de primitivisme. »

L’ensemble de ces thématiques et d’autres encore peuvent être retrouvées dans l’ouvrage suivant : Michèle Cros, Julien Bondaz, Maxime Michaud (dir.), L’Animal Cannibalisé : Festins d’Afrique, Paris, Edition des archives contemporaines, 2012. Partiellement consultable en ligne.

Voir également, pour une étude autour du singe en littérature : Nicolas Martin-Granel, « Singeries au Congo », Cahier d’études africaines, 2/2010 (N°198-199-200), p. 1113-1145. Sur ce sujet, on pourra également consulter le trente-huitième numéro de la revue Labyrinthe, consacré à « L’éloquence des singes ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carnet de séminaire