Rencontre avec Abdourahman Waberi

Le samedi 17 septembre, à 17h30, en salle Celan : entrée libre dans la limite des places disponibles.

Waberi

Afriques Transversales se réjouit d’inaugurer la deuxième saison de rencontres avec Abdourahman Waberi. Poète et romancier, il viendra nous parler des Etats-Unis d’Afrique, de Cahier nomade, de La Divine Chanson. Originaire de Djibouti, il s’inscrit dans une littérature-monde, dont il a d’ailleurs signé le manifeste. En 2016 est paru son recueil, Mon nom est aube.

Autour de l’œuvre :

  • INTERCULTUREL FRANCOPHONIES, n° 29, juin-juillet 2016: Poétique d’Abdouraham A. Waberi. Héritages et singularités, Alliance Française de Lecce, 2016.
  • Pour une réflexion sur la tentation de l’exotisme, sur l’espace et le nomadisme dans la « trilogie de Djibouti », voir Xavier Garnier, « Djibouti : un espace étroit pour une littérature mondiale » in
    dans Mar Garcia et Jean-Christophe Delmeule (eds.),
     Abdourahman A. Waberi ou l’écriture révoltée, Lille, UL3, coll. « Travaux et recherches », 2014, p. 17-26.
  • Pour une réflexion de l’auteur sur l’écriture de la « trilogie de Djibouti », voir Abdourahman A. Waberi, « Comment j’ai écrit mes livres (et autres considérations sommaires), MLN, Vol. 118, n°4, septembre 2003, pp. 933-937.

« L’âge tendre de nos pays peut nous permettre toutes les audaces, tous les délires et tous les possibles narratifs. A cet égard, je me considère plus heureux qu’un écrivain francais ou anglais carje tutoie davantage l’histoire immédiate faite par les miens. J’écris à côté d’eux, en même temps qu’eux, contre eux et/ou avec eux cette chronique nationale. Je produis ce faisant un palimpseste, une prière d’insérer, une préface pour l’histoire nationale qui d6roule ses anneaux sous nos yeux ébahis ou chagrinés. »

« Quand vous faites un roman il faut être logique dans l’économie du roman. Dans ce roman là j’ai pris la posture de travailler sur renversement, donc évidemment j’ai choisi de travailler sur des stéréotypes, mais simplement pour déconstruire certaines choses. Par exemple tous les discours à expert sur l’Afrique me fatiguent. On a toujours l’impression derrière le roman mille faits du carnavalesque sont des discours dit scientifiques, ethnologiques anthropologiques sur l’Afrique ou des sciences politiques et dans ce cas-là, moi aussi, je suis un spécialiste, je suis suissologue. Je vous démontre que la Suisse est une poudrière ethnique, la Belgique autant, l’Allemagne autant. Dès que vous ouvrez la radio, vous allez avoir un expert de l’ONU qui va vous expliquer que la crise au Congo, le conflit en Iraq, c’est les chiites et les sunnites qui se battent tout le temps. Ce qui nous rabaisse c’est la violence du discours sur l’Afrique. Il y a des pays qui n’ont pas droit à la parole, et donc ces pays-là subissent les discours des pseudo-experts. »
  • Un entretien avec Mohammed Hirchi (The French Review, Vol. 79, N°3, février 2006, p. 598-603.
« Mon écriture s’articule sur deux désirs: 1) un vouloir-dire le monde, c’est a dire une acuité, un regard tourné vers le monde et ses soubresauts, une volonté de le commenter, le réécrire etc; 2) une tension poétique qui est surtout une affaire d’écriture. Je cherche à chaque fois de trouver l’écriture qui convient au projet du livre. La langue me semble essentielle car je suis et reste avant tout un écrivain. On écrit, disait l’autre (n’était-ce pas Mallarmé?), avec des mots et non avec des idées, des concepts et des intentions. J’ai une inclinaison pour les écritures baroques tout en ruptures et chatoiements chez les romanciers et j’apprécie l’économie, la tension, et la sécheresse chez les poètes, par exemple. J’admire tout autant Kateb Yacine qu’Aimé Cesaire, Mario Vargas Llosa, Antonio Lobo Antunes ou Nuruddin Farah, Mohammed Khaireddine ou Guillevic (liste non exhaustive, bien entendu). Dieu ou le Diable reconnaîtra les siens dans ce fatras. »
Lectrice
elle vit pieds nus
au milieu de nulle part
un rien la distrait
la sort de ses gonds
c’est une catastrophe, susurre-t-elle
j’ai l’estomac noué par un mal de tête au niveau de la glotte
deux nuages plus tard
elle descend encore sur les fesses
glissant dans les couloirs aériens
à son aise dans les plumes de l’immense abandon
avant la fin du poème
et l’outrage des minutes
pour sûr
il pleuvra dru
assise ou couchée elle passe là
la plupart des jours de sa vie
et la plupart des heures de la journée
à contempler le silence
la nuit
elle écoute
un jeune palmier doum
verdir de plus belle
Retrouvez ici la présentation Power Point de la rencontre !

Carnet de séminaire