Parlons Afrique : la question de l’oralité

Le lundi 30/05 de 18h00 à 20h00, en salle Beckett

Entrée libre

Modernités transversales : ce que devient l’oralité à la radio et sur internet (Elara Bertho)

Faisant vaciller les catégories, entre modernité et tradition, l’oralité s’invite désormais sur internet et à la radio. Néo-oralité, oralité seconde : quoi qu’il en soit, les nouveaux médias ont révolutionné les usages de la voix et des performances.

Pour cheminer à travers ces concepts et ces nouvelles pragmatiques et tessitures du son, nous proposons de partir d’un exemple : celui des chants de la radio guinéenne, qui s’inspirent de l' »authenticité » des chants de louanges que Sékou Touré considérait comme « traditionnels », tout en entrant de plein pied dans une « modernité », tout autant fantasmée.

Fidèle à notre objectif de proposer des textes et liens accessibles en ligne, voici une sélection de textes théoriques et de bons sons.

Le label Syliphone, principal label d’Etat, a été numérisé par l’ethnomusicologue Graeme Counsel. Tout est disponible sur le site de la British Library, et cela se fête :

Sur la période : voir les travaux de l’historienne Céline Pauthier, notamment « La musique guinéenne, vecteur du patrimoine national (des années 1950 à 1984) », in L’Afrique des savoirs au sud du Sahara (XVIe–XXIe siècle), acteurs, supports, pratiques, Paris, Karthala, 2012.

Une réflexion critique sur les changements épistémiques contemporains, entre oralité et internet, voir le merveilleux : Foley John Miles, Oral Tradition and the Internet Pathways of the Mind, Urbana, University of Illinois Press, 2012. Sur la cyberédition, voir l’un de ses articles en ligne « From oral performance to paper-text to cyber-edition », Oral Tradition, 20/2 (2005): 233-263.

 

Rumeurs, ragots et radio : permanence et modernité du roman-trottoir congolais. (Ninon Chavoz)

Partant de l’analyse de la rumeur urbaine, telle qu’elle est proposée par Julien Bonhomme, nous aimerions consacrer cette séance à la lecture de quelques textes d’auteurs congolais, fondés sur la permanence et la circulation de cette forme d’oralité particulière que constitue la rumeur.

Pour une analyse anthropologique de la rumeur, en Afrique et ailleurs, voir :

Nous mettrons cette réflexion en parallèle avec un panel de textes issus des romans suivants :

  • Tchicaya U Tam’si, Les Méduses, 1982 (Œuvres Complètes II, Paris, Gallimard, 2015).
  • Henri Lopes, Le Pleurer-Rire, Paris, Présence Africaine, 1982.
  • Sinzo Aanza, Généalogie d’une Banalité, La Roque d’Anthéron, Vents d’ailleurs, 2015.

Pour aller plus loin, on pourra consulter les articles suivants :

Les sources orales en histoire : vers de nouvelles approches (Florence Wenzek)

Après avoir présenté les débats autour de la légitimité des sources orales en histoire, il s’agira de montrer d’une part l’hétérogénéité des sources orales, et d’autre part les directions dans lesquelles se développent les recherches actuelles qui considèrent l’oral comme outil ou comme objet d’étude.

Je m’appuierai notamment sur :

 

 

 

 

Carnet de séminaire