Musées africains/ lieux d’exposition et de conservation

Lundi 24 avril, 18h30 – 20h

En salle Celan

Dominique Zinkpè, « Jeu de Mickey », 2014.

Paroles d’Afrique : le DVD autour d’une exposition (Elara Bertho)

L’exposition « Paroles d’Afrique », coproduite par le Musée d’ethnographie de l’université Bordeaux-Segalen et le laboratoire Langage, langues et cultures d’Afrique noire (CNRS/PRES Sorbonne Paris Cité – Inalco), s’est tenue au Musée ethnographique de Bordeaux d’octobre 2012 à mai 2013. Cela a été l’occasion de présenter le statut de la parole dans les sociétés africaines et en retour de questionner celui qu’elle a dans notre propre société.
Ce DVD, dans la continuité de l’exposition, a pour vocation d’aller un peu plus loin sur certains sujets abordés dans les différentes salles de l’exposition, présentant un retour de plusieurs chercheurs sur des aspects dont ils sont spécialistes. Ces films sont accompagnés de bonus et de notices, ainsi que d’une visite virtuelle photographique, qui permettront à ceux qui ont vu l’exposition d’approfondir leur expérience, et à ceux qui la découvrent ici d’aller plus loin sur le sujet.

Plus d’informations ici sur l’exposition et le colloque.

Pour une réflexion de Sandra Bornand et Cécile Leguy, les deux commissaires d’exposition, sur la muséographie de la parole : voir leur article « Paroles d’Afrique » dans un musée : de la valorisation à la transmission. Journal des Africanistes, Société des Africanistes, 2015, Sur les pas de Geneviève Calame-Griaule, 85 (1-2), pp.44-78.

Pour prolonger : voir le numéro Cargo, en ligne ici, autour du thème « Paroles d’Afrique ».

Exposer le Bénin : des Magiciens de la Terre aux apprentis-sorciers (Ninon Chavoz)

Partant du cas particulier des artistes béninois, nous aimerions proposer un itinéraire à travers les espaces et les lieux d’exposition de ce qu’il est convenu d’appeler « l’art africain contemporain ». Après un bref détour par l’expérience liminale des Magiciens de la Terre (Centre Pompidou, 1989) où le Bénin est représenté par des artistes dits « traditionnels » comme Cyprien Tokoudagba et Amidou Dossou, nous examinerons l’héritage de cette pratique d’exposition en nous penchant sur les trajectoires d’artistes internationalement reconnus comme Romuald Hazoumé ou, à plus petite échelle, Gérard Quenum. Ce parcours chronologique sera prétexte à poser un certain nombre de questions.

Quel rôle pour les galeristes, les musées et les biennales dans la construction de ces figures d’artistes ? L’activité de la Fondation Zinsou depuis 2005 et la création en 2013 du musée d’art contemporain de Ouidah permettent-elles de pallier certains biais de l’exposition de ces œuvres en Occident ? Des Magiciens de la Terre à la petite exposition « Mickey au Bénin », organisée en 2014 à la galerie Vallois, dans le cadre du « Parcours des Mondes », quelles évolutions dans la mise en scène des productions des artistes contemporains béninois ?

Pour compléter la séance :

 

Mobutu, Mohamed Ali, Badibanga et les critiques d’art. Zaïre 7(3)4 (Aline Pighin)

Kinshasa, stade du 20 mai, 1974. Octobre : Mohamed Ali vainc George Foreman par KO au huitième round. Septembre : Zaïre 74 rassemble Franco Luambo et son OK Jazz, Miriam Makeba, James Brown, parmi les plus grands noms de la musique noire du globe. Dans les mois qui précèdent, Célestin Badibanga ne Mwine prend la direction de la section Art moderne nouvellement créée de l’Institut des musées nationaux du Zaïre. Loin de relever du simple enchevêtrement chronologique, ces évènements constituent en fait les volets d’un collage plus vaste orchestré par Mobutu afin de monter un festival-vitrine africain, zaïrois, moderne, et mâtiné d’authenticité. Saisir 1974, saisir surtout les mécanismes à l’œuvre dans l’affirmation d’une modernité culturelle authentiquement zaïroise et, partant, africaine, suppose de revenir en arrière, à l’année 1973, à la création d’une section Zaïre de l’Association internationale des critiques d’art, dirigée par Badibanga, et au Congrès extraordinaire qui s’en suit – où se négocient les modalités de l’authenticité culturelle. C’est de cette histoire de critiques d’art, écrasée par le poids des boxeurs, dont nous parlerons, sur fond d’expositions, de rumba, de cocaïne, de léopards et de malentendus.

Pour préparer (ou prolonger) la séance :

  • Soul Power, le documentaire (trop ?) américano-centré de Jeff Levy-Hinte, 2008, sur le festival de musique Zaïre 74
  • Dominique Malaquais sur l’année 1974 : « Rumble in the Jungle : boxe, festival et politique », Africultures 2008/2 (n° 73), p. 43-59.

Exposer l’Afrique : naissance de l’anthropologie et « goût des Autres ». (Ghislain Tchuisseu)

« J’aime les sculptures africaines, j’aime les masques africains » : vous l’avez probablement déjà entendu au moins une fois. Profitant de la multiplication des expositions autour de l’Afrique, nous aimerions, le temps de cette communication, proposer un petit guide de visite. Un guide qui demande de regarder vers le passé, d’entrer dans les arcanes de l’histoire des premières circulations internationales des Arts africains pour répondre à une première question : quels processus au début du XXè siècle encadrent les productions matérielles du continent et les estampillent comme « artistiques » et « africaines » ?

Reprenant les analyses de De L’Estoile (2007), il restera à se demander si la mise en ordre que nous rencontrons aujourd’hui lors d’une exposition « décrit » l’Afrique dans des termes radicalement différents de ceux des musées d’ethnographie et de l’Exposition coloniale de 1931. En d’autres termes, quelles sont les reconfigurations contemporaines de la ligne de partage un « Nous » et « Eux » et comment se réécrit un passé colonial au sein des musées ?

  • Un agenda d’expositions : https://www.africavivre.com/agenda/expos
  • Bibliographie utilisée :
    • Babacar Mbaye Diop, Critique de la notion d’art africain : Approches historiques, ethno-esthétiques et philosophiques, Paris, Connaissances et Savoirs, 2011
    • Benoît de L’Estoile, Le goût des autres : De l’Exposition coloniale aux Arts premiers, Paris, Flammarion, 2007 (2010 pour l’édition poche)
    • Norbert Elias, Écrits sur l’Art Africain, Paris, Kimé, 2002
    • Fabrice Grognet, « Objets de musée, n’avez-vous donc qu’une vie ? », Gradhiva [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 10 décembre 2008.
    • Mark Peter. Est-ce que l’art africain existe ?. In: Revue française d’histoire d’outre-mer, tome 85, n°318, 1er trimestre 1998, p. 3-19:  www.persee.fr/doc/outre_0300-9513_1998_num_85_318_3599.

 

Autres lectures :

Voir aussi sur le sujet :

  • Le numéro des Cahiers d’études africaines n°155-156consacré aux musées : « Prélever, exhiber. La mise en musée », vol. 39, , 1999.
  • Voir la page du séminaire « Réécrire le passé colonial : enjeux contemporains des collections de musée ».
  • Voir un article de Maureen Murphy sur les itinérances d’une oeuvre d’une oeuvre du royaume du Bénin : « Du champ de bataille au musée : les tribulations d’une sculpture fon », in Histoire de l’art et anthropologie, Paris, coédition INHA / musée du quai Branly (« Les actes »), 2009.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Carnet de séminaire