Ceux qui portent une Révolution, par Luu-Ly Tran-Quang

Ceux qui portent une Révolution
Les maquisards, Hemley Boum

Au Cameroun, en 1958, après une longue lutte qu’il voulait pacifique, Ruben Um Nyobè, dit Mdopol -le porte-parole- est abattu par l’armée française avec quelques uns de ses alliés. Les maquisards raconte la suite d’évènements menant à ce massacre, annoncé dès le début du roman. Cette fiction nous plonge alors dans cette guerre perdue d’avance pour l’indépendance du Cameroun.

Um Nyobè, le centre effacé d’une fiction historique aux voix multiples

Le réflexe immédiat lorsque l’on veut écrire sur un événement marquant est de se concentrer sur les légendes, les meneurs, ceux dont les noms restent gravés dans les mémoires et dans les livres d’Histoire. Pourtant, Hemley Boum a fait un tout autre choix. Um Nyobè reste un mystère dont les pensées ne seront jamais révélées pleinement et n’apparaît que quelques fois, dont une pour faire un discours en pays bassa afin de rallier le village à sa cause et une autre quelques heures avant sa mort. Le discours présent dans le roman est fidèle à l’esprit de ceux prononcés à l’époque.

« C’est la perte du combat. Um Nyobè n’a eu aucune occasion de mener le combat pacifique qu’il désirait. On assiste au crépuscule d’un chef. », c’est dans ces termes que l’auteur analyse, dans un entretien récent, l’enjeu du roman1. Cependant, plutôt que de se concentrer sur Mdopol, l’auteur met en lumière ceux qui n’ont pas la parole mais les bras pour soutenir la Révolution. C’est-à-dire, ceux qui ne parlent pas mais qui agissent. Cette manière de faire n’est pas sans rappeler le film Le Massacre de Fort Apache de John Ford, où seul le lieutenant-colonel Thursday reste dans la légende tandis que les soldats qui ont donné sang et eau sont tombés dans l’oubli. On peut également remarquer que cette histoire bien que fictive s’inspire très largement de la défaite à Little Big Horn du général Custer à l’instar de ce roman qui s’inspire également de faits réels.

Ainsi, la romancière donne la parole non pas à ceux qui conduisent mais à ceux qui portent la Révolution. À noter que « même si seul un ou deux personnages ont réellement existé, tous les personnages sont réalistes » a précisé Hemley Boum. Ce roman choral est servi par la chronologie particulière qui met en place les évènements : le récit, encadré par le dénouement tragique, au fil de la plume, presque au fil des idées, revient sur le passé de chacun de ses personnages, dévoilant petit à petit les liens qui les unissent et comment sont ils arrivés dans ce maquis. L’auteure explique que c’est un choix qui s’impose à elle quand elle veut aller au plus près des choses, elle démontre un besoin d’étudier les différences entre les personnages avant de faire le lien. Ainsi, le nœud des relations et de leur histoire commune se délie petit à petit, découvrant les zones d’ombres et révélant peu à peu chaque vie liée au combat. On traverse le temps, de l’enfance d’un personnage à la naissance de sa mère, en passant par la mort de l’amant de cette dernière. On pourrait se perdre dans cette forêt de noms et d’évènements, mais heureusement on trouve au début du livre un arbre généalogique qui relie chaque personnage aux autres. Un outil fort utile pour lequel il faut remercier l’éditeur. Cet arbre nous sert de guide et permet de faire quelques vérifications aux moments les plus denses du récit. Telle la mécanique d’une horloge, chaque rouage correspond à une vie et en s’emboîtant, ils montrent comment on passe d’une enfance insouciante au combat avec Mdopol, dans le maquis et même dans la mort. Tous ont un rôle, une histoire et une personnalité. Aucun des personnages ne peut être considéré comme faible, inintéressant ou même inutile. Cela ne peut que rappeler la vie telle qu’elle est : chaque rencontre a plus ou moins d’impact sur notre propre existence, chaque individu croisé dans une vie a une histoire à lui, et une foule est composée d’individus entiers qui forment un tout. Et c’est là le but d’Hemley Boum : « Sortir les personnages de l’anonymat et s’approprier l’histoire afin de donner de la légitimité aux gens ordinaires. Si quelques intellectuels étaient une sorte de moteur, la plupart des paysans les soutenaient, ils impulsent l’action et le mérite revient à ces personnes-là. Ce sont des petites choses qui tressent l’histoire. Ce livre est l’occasion de raconter chaque fil individuellement. ».

La femme, éternelle oubliée de l’Histoire

Parmi la pléthore de personnages développés par Hemley Boum, on trouve de nombreuses femmes qui, malgré le rôle majeur qu’elles ont tenu durant la lutte, demeurent ignorées de l’Histoire officielle et même des populations camerounaises. L’auteur précise qu’elles étaient présentes même dans les domaines d’actions : trois femmes ont été tuées aux côtés de Ruben Um Nyobè et l’auteur cherche alors à leur donner la voix qu’elles méritent.

Une voix qui passe tout d’abord par une communauté nommé le Ko’ô. Cette organisation dont fait partie l’un des personnages principaux, Esta, est uniquement composée de femmes qui ont une emprise dans les sphères privée, publique, sociale et même politique. Ces femmes semblent habitées d’une force presque mystique : ainsi, dès son plus jeune âge, Esta ressent le Ko’ô, qu’elle exprime à travers la danse. Une force puissante, qui se révèle animale à certains moments, mais aussi douce à travers les talents de guérisseuse dont sont pourvus ces femmes. Ce personnage laisse une forte impression sur quiconque lit le roman, mais ne fait pas pour autant oublier les autres femmes qui portent le récit. Sa fille et sa mère, respectivement nommées Likak et Jeanette, présentent autant de caractère qu’Esta : si la première porte le poids d’une tradition dont elle se passerait bien, la seconde vit une histoire mêlant abus et pédophilie qui n’est pas sans rappeler le premier roman d’Hemley Boum Le Clan des femmes. Thérèse Nyemb et Apolline Bayemi, un seconde tandem mère-fille, sont toutes les deux des mères modèles sachant imposer leurs décisions que ce soit à leur mari ou à leurs enfants, faisant tout pour protéger leur famille. Cependant, elles savent aussi montrer une grande tendresse envers ceux qu’elles aiment, tendresse que Likak et Esta n’arrivent quant à elles pas à exprimer pleinement. Presque à l’opposé de ces femmes aimantes, aimées de leurs pairs et des lecteurs, la romancière dresse également le portrait d’une femme rongée par la jalousie et la rancœur : Christine Manguele. Cependant, même à travers ce personnage qui semble si négatif, une certaine nuance et une force de caractère demeurent. Elle aussi a son rôle à jouer dans la tragédie du roman et est à sa manière une femme forte. À cette expression de « femme forte », Hemley Boum attribue l’adjectif de « pléonastique ». En effet, elle estime, à juste titre, qu’une femme est toujours forte. Cependant, la nature évidente de cette assertion n’est malheureusement pas partagée par tout le monde : c’est aussi bien à travers des romans comme celui-ci, qu’à travers des actions telles la « Marche des femmes » que l’on peut espérer que des expressions telles que « femme forte » auront autant de sens que si l’on disait d’un homme qu’il est un « homme fort ».

Un « dialogue des cultures » impossible ?

Ce roman raconte également une histoire de guerre. Et dans toute histoire de guerre, il y a deux instances qui s’opposent. Ici, ce sont les colons français face au peuple camerounais. L’une des premières batailles du livre se passe durant l’enfance de deux personnages principaux, Esta et Amos. Ce dernier va alors à l’école coloniale, et en profite pour raconter à Esta, qui n’y va pas encore, ce qu’il apprend. Amos tente d’expliquer la fable de La Fontaire Le chêne et le roseau à une Esta dubitative. On assiste ainsi à une bataille culturelle qui préfigure les attitudes que les personnages vont devoir endosser au fur et à mesure que l’histoire se déroule. En effet, la fable, qui semble si pertinente en France, ne peut être traduite en tant que telle pour diverses raisons dont la première est évidente : l’absence de chêne au Cameroun, ce qui rend la compréhension difficile dès le début. Et, malgré la comparaison de cet arbre avec un baobab que propose Amos, Esta n’en est que plus déroutée : un roseau, de façon logique, ne peut vaincre un baobab dans une épreuve de résistance. Outre la métaphore du peuple qui doit choisir entre résister et plier pendant le Révolution, on peut voir surtout que les cultures ne peuvent se mêler, tout du moins pas de façon aussi radicale qu’en imposant un empire colonial dans le crime et l’occultation. De plus Ruben Um Nyobè, qui tente quant à lui de jouer selon les règles de l’administration française, usant de diplomatie et de discours, est confronté à des murs et sa guerre aboutit à une défaite.

Cette mixité inexistante est également véhiculée par Pierre Le Gall, émissaire français censé régir le village. Ce personnage est le plus manichéen de cette fresque et, bien que l’apparence de quelques nuances à la fin du roman le fassent paraître plus « gris », il n’en reste pas moins d’une noirceur étouffante. Il est l’archétype à peine exagéré du colon : trop fier pour ne serait-ce qu’apprendre la langue, ou même s’intéresser à la culture bassa, pédophile, violent, cruel, il cumule toutes les tares et fait frissonner dès que l’on voit son nom apparaître. Ne sachant pas parler le bassa, il ne se rend même pas compte que sous les fausses courbettes des villageois, ceux-ci le traitent de « gros porc » dès qu’il passe.

Fort heureusement, deux personnages contre-balancent ce personnage antipathique et montrent que le dialogue n’est pas complètement impossible. Tout d’abord vient Gérard le Gall, fils de Pierre le Gall, mais aux antipodes de celui-ci. Dès l’enfance, il se lie d’amitié avec Muulé, futur résistant et ami de Mdopol, et tente d’aider les révolutionnaires tout en gardant une place politique chez les Français. Il joue un double jeu pour aider le peuple camerounais auquel il est profondément attaché par la tendresse qu’il lui a témoignée. Comme il l’écrit lui-même dans une lettre, il fait partie des « personnes ordinaires » qui ont tout fait à leur niveau pour remporter la guerre. La seconde personne est la sœur Marie-Bernard. Elle a été envoyée en pays bassa pour travailler dans la clinique et soigner les habitants et les soldats. Par ses talents de guérisseuse, elle travaille de paire avec Esta avec qui elle se lie d’amitié. Elle respecte et tente de comprendre le Ko’ô et ses traditions, Esta lui dira même qu’elle a « la trempe d’une prêtresse du Ko’ô ». Ainsi, on peut voir à travers ces deux amitiés que le mélange des cultures n’est pas aussi impossible qu’il en a l’air mais joue avant tout sur l’acceptation de l’autre plutôt que d’appliquer de force une culture inconnue sur un autre peuple.

Les maquisards est un livre dont il est difficile d’arrêter la lecture une fois lancée et qui soulève de nombreuses thématiques. Les seuls reproches que l’on pourrait faire sont des personnages un peu trop manichéens par moments tels que Pierre le Gall ou Ruben Um Nyobé, ainsi que des discours politiques qui, malgré leur nécessité, sont quelque peu longs à lire et cassent parfois le rythme effréné de la lecture. Néanmoins, le style reste très fluide et tant la fiction inspirée de l’Histoire que l’écriture profonde des personnages envoûtent et créent une proximité avec ses vies pas si fictives que cela. Enfin, sa principale qualité reste sans doute l’ouverture vers cette Histoire dont on parle très peu au final. Le programme scolaire se répète sans cesse et laisse peu de place à des événements aussi récents qui sont pourtant essentiels. L’Éducation nationale a délimité l’Histoire du continent africain en général à quelques dates : colonisation (XVIème-XVIIème siècles), Traite négrière (1441), décolonisation (1945). Et, alors qu’en 2010 on en parlait enfin de façon plus approfondie en 5ème, la réforme de 2016 a fait disparaître l’Afrique aussi vite qu’elle était apparue.

Ainsi, que vous connaissiez l’Histoire de l’indépendance du Cameroun ou que vous soyez totalement novice en la matière, cette fiction vous ravira, que ce soit pour découvrir de façon plus approfondie certains éléments comme le Ko’ô ou pour découvrir tout simplement cette histoire dont on ne parle pas assez.

Luu-ly Tran-quang

1 Propos d’Hemley Boum recueillis durant l’entretien du lundi 30 janvier 2017, qui a eu lieu à ENS Paris, 45 rue d’Ulm 75005 Paris.

Carnet de séminaire