Ethnies et nations

Le mercredi 11/05 de 18h00 à 20h00, en salle Celan : « Ethnies et nations »

 

Cette séance est disponible en podcast sur le site de l’ENS.

Déconstruire et penser l’ethnie (Florence Wenzek)

Je vous propose pour cette séance de retourner sur un classique : Jean-Pierre Chrétien et Gérard Prunier (dir.), Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, 1989.

Vous pouvez en particulier lire la préface de la seconde édition (2003).

Et, si vous le souhaitez, vous plonger également dans Jean-Loup Amselle et Elikia M’Bokolo (dir.), Au coeur de l’ethnie. Ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte, 1985 (seconde édition en 1999)

L’Europe ethnique ou l’explorateur candide : inversions littéraires des représentations. (Ninon Chavoz)

Dans le cadre de cette séquence consacrée à l’ethnie et à la nation, je vous propose un petit panorama de textes, assez dispersés dans le temps, qui proposent une inversion du regard traditionnellement porté par l’Européen – touriste et plus encore scientifique – sur les réalités africaines. C’est alors l’Europe qui devient paradoxalement ethnique, tandis que l’Afrique fait dans certains textes office de modèle utopique et harmonisé. Présente avec une certaine récurrence dans les textes de la littérature francophone, cette inversion du regard va de pair avec le déploiement de certains genres littéraires – notamment, dans une veine que l’on pourrait rapprocher de celle des Lumières, du conte philosophique ou de l’apologue. Nous nous proposons ici d’en explorer certaines modalités.

Nous partirons des textes suivants :

L’inversion des perspectives se retrouve également dans le domaine cinématographique, par exemple dans le film Africa Paradis de Sylvestre Amoussou (2007). On pourra également se référer au film muet de Jean Renoir, Sur un air de Charleston (1927) : en 2028, un explorateur venu d’Afrique Centrale part à la découverte de l’Europa deserta, ravagée par les guerres, à bord d’un aéronef en forme de bille. Dans les ruines, il découvre une jeune sauvage et son singe.

Pour compléter :

  • Bernard Mouralis, « Les écrivains africains et l’esprit des lumières », Revue des Sciences Humaines, n°252, 1998, in L’illusion de l’altérité, Etudes de littérature africaine, Paris, Champion, 2007, p. 551-568.

 

Philosophie de l’Etat et du lien social chez le Camerounais Jean-Godefroy Bidima : quand un philosophe africain répond à « la politique du ventre » de la science politique. (Laetitia Citroen)

 

Pour des extraits choisis de Jean-Godefroy Bidima (Théorie critique et modernité négro-africaine. De l’Ecole de Francfort à la Docta Spes Africana) et de Jean-François Bayard (La Greffe de l’Etat et L’Etat en Afrique. La politique du ventre), voici le PowerPoint de la présentation, en format PDF.

Carnet de séminaire