Cheikh Anta Diop

mercredi 17 mai , salle Celan, 18h30

Cheikh Anta Diop, ou l’appel à refonder l’Afrique sur son Histoire, entre passé légendaire et science historique (Laetitia Citroen)

Cheikh Anta Diop a proposé dans son oeuvre une lecture de l’histoire de l’Afrique qui a marqué les esprits académiques, mais plus encore le grand public, en cherchant à rappeler le rôle originel du continent dans l’histoire de l’humanité. En repartant de l’histoire de la grande civilisation égyptienne (acclamée par le monde occidental au point de faire presque oublier que l’Egypte est en Afrique), Diop a en effet voulu remettre à l’honneur l’histoire des grandes civilisations et des grands Empires africains (la civilisation de Nok, l’Empire de Ghana, l’Empire Songhaï, l’Ethiopie, parmi d’autres). C’est sur cette base qu’il a appelé à une « renaissance africaine », qu’il a défendu la thèse contestée d’une « unité » de culture de l’ensemble du continent, au prix parfois de simplifications qui ont pu sembler abusives, ou qu’il a plaidé pour la réhabilitation, voire le recréation de langues proprement africaines pour parvenir à cette unification.

Dès lors, plutôt que d’interroger seulement les partis-pris parfois idéologiques de son historiographie, nous aimerions aussi souligner l’importance politique du projet de Diop. C’est donc à la fois les intentions panafricanistes de ses thèses, et l’héritage qu’elles ont connu, que nous mettrons en avant, en interrogeant finalement plus largement la place de l’Histoire de l’Afrique aujourd’hui, non seulement pour dire que nous en ignorons à peu près tout en Occident, mais pour souligner qu’elle mériterait aussi d’être davantage enseignée sur le continent même, afin de créer non pas peut-être cette « unité » absolue que Diop affirmait voir partout, mais pour constituer cependant un appui solide pour l’indépendance réelle de l’Afrique — comme le soulignent ailleurs des historiens contemporains comme Elikia M’Bokolo ou Catherine Coquery-Vidrovitch.

Bibliographie :
  • Cheikh Anta Diop, Nations nègres et culture. De l’Antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturelle de l’Afrique noire d’aujourd’hui, Paris, Présence Africaine, 1979.
  • Cheikh Anta Diop, Les fondements économiques et culturels d’un Etat fédéral d’Afrique noire, Paris, Présence Africaine, 1974.
  • F.X. Fauvelle, L’Afrique de Cheikh Anta Diop, Paris, Karthala 1996. 
  • Catherine Coquery Vidrovitch, A propos de « La pensée de Cheikh Anta Diop » d’Alain Froment
  • Récente interview de Souleymane Bachir Diagne à propos de sa rencontre avec Diop.

Cheikh Anta Diop traducteur (Alice Chaudemanche)

Céytu, c’est le nom du village natal de Cheikh Anta Diop, celui où il a été enterré en 1986. 30 ans après sa mort, en mars 2016, les éditions Zulma (Paris), Mémoire d’encrier (Montréal) et Boubacar Boris Diop, lancent la collection Céytu en publiant la traduction en wolof de trois classiques de la littérature francophone : Une saison au Congo (Aimé Césaire), Une si longue lettre (Mariama Bâ) et L’Africain (JMG Le Clézio). Parce qu’elle en revendique l’héritage, l’équipe de Céytu nous invite à interroger la figure, méconnue, de Cheikh Anta Diop traducteur littéraire.

Nous proposons donc de relire ce que Cheikh Anta Diop a écrit sur le rôle de la traduction dans le développement des langues nationales. Nous nous pencherons également sur sa propre pratique de traduction, en prenant appui sur l’extrait du Horace de Corneille qu’il a traduit en wolof en 1953. Ce détour traductologique nous permettra peut‑être de mieux saisir ce que Céytu se réapproprie du « géant » et de prendre la mesure des enjeux actuels de la traduction littéraire en wolof, en contexte postcolonial, dans une république mondiale des lettres où les langues africaines demeurent des langues dominées.

Pour lire Corneille en wolof : (1.Horace en wolof)

Pour découvrir la collection Céytu : http://www.ceytu.fr/traduc.html

Lire l’article de Boubacar Boris Diop dans Le monde diplomatique : (2. « Qui a peur du wolof ? »)

Sur la traduction comme échange inégal : voir l’article de Pascale Casanova, « Consécration et accumulation de capital littéraire [ La traduction comme échange inégal] », Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, vol. 144, p. 7-20.

 

Carnet de séminaire