Autour de Bakary Diallo

Samedi 18 juin, à 17h (en salle Dussane), Afriques transversales vous invite à la projection du documentaire :

« Bakary Diallo, mémoires peules » (2016) de Mélanie Bourlet et Franck Guillemain,

en présence de Mélanie Bourlet

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

 

Le nom de Bakary Diallo est attaché à l’un des premiers romans africains de langue française, Force-Bonté, paru en 1926, longtemps peu ou mal lu, souvent contesté, et trop souvent réduit à une apologie de la colonisation française. Or, le parcours de ce tirailleur sénégalais mérite davantage d’attention : engagé volontaire dès 1911, blessé grièvement au front en 1914, s’engageant de nouveau spontanément comme interprète, persuadé que dans les langues se tressent des ponts entre les hommes et les cultures, il est également l’auteur de nombreuses œuvres en peul, restées jusque là inédites.

Portée par l’intuition qu’il existe une poésie peule – orale ou écrite – de Bakary Diallo, et que la partie éditée de son œuvre ne correspond qu’à la partie émergée d’un vaste corpus multilingue de textes et de poèmes, Mélanie Bourlet part sur les traces de cet écrivain méconnu, pour retrouver dans la mémoire de sa famille, au Sénégal, des fragments de cette œuvre. Transmis de bouche à oreille, conservés dans les mémoires ou sur des cassettes usées à force d’être réécoutées, ces poèmes continuent de vivre et d’être récités. Ces poèmes – que l’on voit se déployer devant la caméra à mesure que l’enquête avance, que les entretiens nous mènent d’un lieu à l’autre, ou que les hasards livrent des indices et permettent des rencontres – dévoilent des pans entiers de l’œuvre de Bakary Diallo, qui s’avère être résolument cosmopolite, ouvert sur le monde et sur les échanges entres les langues, mais aussi concerné par les enjeux écologiques à travers une poésie très émouvante du lieu, du territoire, du local.

La bande-annonce, ici ! En ligne, sur le site du CNRS.

Quelques lectures sur le travail d’édition de ses poèmes en peul :

Mélanie Bourlet, « D’une voix à l’autre. La transmission du poème Mbâla de Bakary Diallo« , Cahiers de Littérature Orale, 2013, n°73-74 (en ligne). Extrait de « Mbâla » :

La nuit de Mbâla est un pagne lavé par la lumière du jour faisant apparaître des gouttes de fleurs
Impressionnantes, issues de gonakiés noirs enfermant des grains jaunes,
Comme des gouttes d’eau aspergées suspendues aux branches
Brunes, que la lumière du jour fait étinceler
Semblables au rouge de l’or qui porte bonheur
Que les forgerons ne martèlent, ni ne
disent diamant
Mais que les bergers chantent en étirant la voix…
Et que les habitants des nénuphars hument en pensant au paradis

Mélanie Bourlet, « L’oralité de la poésie de Bakary Diallo : état d’une recherche en cours« , Études Littéraires Africaines, 2007, n°24, p. 25-30 (en ligne, en version pdf)

 

Pour des thématiques proches, voir la séance du collectif « Penser d’ailleurs » autour de Keith Basso.

 

Carnet de séminaire